Un Algérien - Un Français : Deux amis se racontent

Accueil                                                                                                       


Depuis Août 2009 , nous correspondons. Ces échanges me paraissent suffisamment riches pour penser que cela intéresse tous ceux qui sont passés à Ben s’rour. ( Pour mettre tout le monde à l’aise, les noms cités sont des " pseudo " )
 

 

Dès le premier courrier, le ton est donné

  
OverBlog me signale un commentaire :


Salutations de Ben s'rour
Moussa B.

Bonjour monsieur,

Je suis un jeune homme de Ben s'rour..

- Je vois que vous êtes en train de parler de ma petite ville bien aimée "Ben s'rour"..
- Je suis très impressionné par le contenu de votre blog.. et je sens que je suis concerné par chaque mot que vous avez dit...
- Les photos que vous y avez incluses sont de valeur inestimable .. Et j'ai trouvé la grande joie en les consultant..donc grand merci à vous.
- Je vous remercie fortement de vouloir créer ce blog .. à travers lequel j'ai eu la chance de découvrir quelques aspects de vie dans ma ville pendant notre guerre de libération nationale.
- De plus, j'ai reconnu plusieurs sites figurant sur vos fameuses photos...
- Je crois que vous êtes mr. Aecobois. Et j'aimerai savoir plus sur vos souvenirs à Ben s'rour.
- Au revoir.


Réponse de Aecobois : le 25 août 2009

 

 

Bonjour,

Il y a juste 49 ans, je quittais Ben S'Rour.

J'y avais passé 2 années dans un pays totalement différent de celui où j'avais passé ma jeunesse.

C'était un pays dur, mais enchanteur par bien des côtés : c'est donc un pays qui marque.

Malheureusement je ne connaissais pas la langue, je ne pouvais donc pas entrer en contact avec les gens du pays comme je l'aurai souhaité et nous étions en guerre !

J'ai eu le privilège de côtoyer une vingtaine d'enfants pendant trois mois à l'école, je suis donc obligatoirement tombé sous le charme de ces regards de garçons et de filles que je ne puis oublier !

Ils ont maintenant entre 56 et 58 ans et certains se souviennent peut-être de ce militaire qui leur faisait l'école : ce qui leur posait bien des questions je m'en souviens !!!

Pour tout cela merci donc, Moussa, de m'avoir contacté. Ce que j'espérais sans trop y croire est donc arrivé, que quelqu'un de Ben S'rour ouvre ce blog !

De plus tu m'écris en français ! Qu'espérer de mieux ?

Des souvenirs bien sûr que j'en ai ! que de lire ton mot , le goût du café et du thé à la menthe que j'ai appris à aimer sur la place du marché me reviennent à la bouche, j'en salive !!!

A bientôt de te relire,

 

Merci encore.

 


Le soir même Moussa répondait


Bonjour,

 

J’ai reçu ce matin votre e mail avec joie. C’était vraiment plein d’émotions …. Et je peux dire que j’ai senti les beaux souvenirs que vous avez longtemps gardé de ma ville : Ben s’rour….

Vous n’avez pas oublié votre vie à Ben s’rour ni vos souvenirs …Vous avez gardé vos anciennes photos pendant 50 ans..… Et enfin, vous avez partagé tout cela avec nous en créant un blog spécialement pour ce sujet… Ceci prouve que vous êtes un homme noble et respectueux et, je serai fier de demander votre amitié.

Vous savez monsieur, … Moi aussi Je n’ai jamais imaginé qu’il viendra le jour ou je pourrai voir des photos de ma ville qui remontent à la période de la révolution…

J’ai beaucoup d’idées à échanger ….beaucoup d’interrogations et bien sûr beaucoup de curiosité, de savoir, d’écouter vos commentaires et, vos impressions et vos souvenirs durant les 2 années que vous avez passé chez nous…

Autre chose….. Les deux salles de classe, où vous avez adoré les petits gosses , tiennent toujours.... et elles sont en bon état… De plus, elles sont transformées en une petite école d’informatique ….Et de temps en temps, j’y reçois l'un de vos anciens élèves qui me raconte de beaux souvenirs de : " ce militaire qui leur faisait l'école : ce qui leur posait bien des questions. "… Et c’est vraiment agréable…

 


La vie Ordinaire à Ben S'Rour                                                             


Moussa communique le 06/09/2009

 

Passons à Ramadhan : Je vois que ce n’est pas une nouveauté pour vous … c’est vrai son jeûne est un peu dur en été surtout pour les personnes âgées et les adolescents, mais en réalité, c’est un mois de tolérance, solidarité, sérénité et surtout de " révision " : Tout le monde est invité à revoir ses comportements , ses relations et ses devoirs religieux.

( nb/ Ramadhan n’est pas fixe toujours en été : Il " se déplace " de 10 jours chaque année et comme ça il fait le tour à travers toutes les saisons.) …

Vous supposez que nous sommes toujours en été ? Oh oui ! la température aujourd’hui a atteint 42°C !... ça c’est chez nous en hauts plateaux , et dans le Sahara c’est autre chose !!!

Maintenant, Il est 3 H 45’ du matin… C’est l’heure du " Sohor " : c’est un petit déjeuner pour commencer une nouvelle journée ramadhanienne 

 

Le 14/09/2009


Et maintenant, je vous cite quelques événements :

1. Il y a presque un mois, les autorités ont décidé de changer le week-end ici en Algérie…. Depuis longtemps, nous sortons en week-end le jeudi après-midi et le vendredi, mais dorénavant, ça sera le vendredi après-midi et le samedi… Et ce changement a "bouleversé " un petit peut le rythme de vie … Surtout pour le début de la semaine qui est devenu officiellement le dimanche au lieu du samedi …. Et donc on doit s'habituer !.

2. Les premières pluies d'automne sont enfin arrivées et d'une façon très généreuse.. dieu merci. Et par conséquent, le temps s'est "amélioré " concrètement. ( 27°C max – 16°C min).

3. Aujourd'hui dimanche 13 septembre , c'est la rentrée scolaire … c'est le grand retour aux écoles … c'est plein d'animation et de joie…
Et cette année, il y a du nouveau : c'est l'unification des couleurs des blouses d'écoliers : Les garçons doivent tous porter des blouses bleues et les fillettes des blouses roses ... c'est quand même passionnant !


le 22/09/2009 : Comment on fête l’Aïd à Ben S’Rour


Vous savez .… Dimanche, Nous venons de fêter l’" Aïd " qui marque la fin de Ramadhan. C’est un événement extrêmement important pour nous tous surtout pour les enfants…C’est pour ça j’étais très occupé ces derniers jours…

- Avant le jour de l’" Aïd " : c’est le shopping ( achat des habits neufs pour toute la famille ,achats des jouets et articles de décoration ..) , faire le ménage à la maison , préparation des gâteaux…. Et beaucoup d’autres préparatifs.

- Le jour de l’" Aïd " : Toutes les mosquées sont pleines pour la prière de l’" Aïd ".
Et après , ce sont les visites familiales : Tout le monde rendra visite à ses proches et ses amis et même des visites vers les hôpitaux pour consolider les valeurs de solidarité..
A midi, nous avons une tradition (et non pas un acte religieux) c’est que chaque père de famille apportera un repas complet vers un endroit connu du quartier , et ça sera un déjeuner collectif dans un climat de joie et d’enthousiasme.
Quant aux enfants , c’est la joie totale …de beaux habits…pleins de jouets … et parfois des feux d’artifices … et la fête s’étendra jusqu’au soir.

  • Pour ma petite famille, nous avons rejoint la maison de mon père le vendredi passé, car nous avons l’habitude de fêter collectivement avec mes parents et mes frères et leurs familles… C’est agréable cette réunion de la famille… Et nous ne sommes revenus à notre appartement que cette après-midi de Lundi…Et je n’ai pas voulu dormir sans vous écrire….

  

 

Le 1er Novembre 2009 :


Aujourd’hui, nous avons fêté le " 1er novembre "notre journée nationale. Il y avait eu des défilés de scouts, des conférences, des rencontres avec des anciens " moudjahids " et on a raconté beaucoup d’histoires et témoignages de la révolution et de l’indépendance… Nous avons passé une journée bien animée.


Le 2 avril 20010

 

Le lundi 29 mars , nous avons célébré "la bataille de djebel Thameur" près de Bou-saada où sont tombés martyrs les deux colonels Si Amirouche et Si Haouas ... Deux ministres étaient présents...On a assisté à des discours... Il y avait des exposés de photos , de vidéos ... et beaucoup d'autres activités ....

nb/ Le mois de mars est appelé en Algérie "le mois des martyrs" car plusieurs officiers de l'A.L.N sont tombés en ce mois  (Si Amirouche, Si Haouas, Si Lotfi, Si Mostapha Ben Boulaid, Si Larbi Ben Mhidi ....et beaucoup d'autres)

 

 


Au cours de nos échanges , nous avons pu nous transmettre :

 

  • des photos de nos familles respectives
  • des poèmes et des chansons
  • des cartes de vœux
  • des livres
  • des recettes de cuisine : couscous…etc…

 

   La GUERRE                                                                                

Nous avons pu aussi échanger sur ce sujet si délicat pour nos deux pays, avec toute la franchise possible :

A l’évocation de mes nuits de garde, je lui écrivais le 3 septembre 2009 


Quant à Ben S'Rour, je suis abasourdi du développement qu'a pu prendre la ville
(recensement 2007 : 38000 habitants), moi qui n'ai connu qu'un petit village d'à peine 200 ou 400 habitants ( il y avait alors plus d'animaux en comptant les ânes, poules, chiens , moutons et chèvres que de gens ) !!!! Cela me rappelle les heures de garde , la nuit, dans le mirador où nous passions de 2 heures en 2 heures à surveiller les toits dont aucun ne dépassait l'autre, tout au rez de chaussée, bien sûr ( à part la gendarmerie) . Nous n'avions qu'à contempler les étoiles , si brillantes dans ce ciel parfaitement clair des hauts-plateaux, et à écouter la nuit où perçait de temps à autres le cri des chacals et les aboiements sporadiques d'un chien ( tiens donc ! n'était-ce pas un fellagha qui s'approchait d'une raïma !!! nous étions de garde , et il ne s'agissait pas de trop rêver ou de s'endormir : c'était aussi notre souci d'alors à 3 h. du matin !!! et de nous dépendait la survie du camp et des copains qui dormaient en dessous de nous ).


Il réagissait le 6 septembre 2009 :


Vos souvenirs des heures de garde dans le mirador sont aimables … Et surtout lorsque vous avez parlé du nombre des gens à l’époque comparé au nombre de leurs animaux : C’est vraiment amusant et j’ai ri pleinement. !!

D’autre part :

Mr. A , je me trouve dans l’obligation de vous dire que les deux mots : " Fellaga " et

" Harki " griffent directement nos sentiments, nous les algériens... Nous les considérons inconvenants au lexique relatif à notre révolution de libération nationale… et nous avons leurs substituts :

fellaga --> " moudjahid " ( guerrier saint défendeur de son pays) - Harki --> Traître

 

 

Ce à quoi je lui répondais le 16 septembre 2009

 

Tu me dis dans ton dernier courrier que les mots " fellaga et harki griffent vos sentiments relatifs à votre révolution de libération nationale " ! Je le conçois parfaitement ! ça montre bien que nous sommes de deux pays différents, qui ont vécu deux histoires différentes et je le répète c'est cela qui va faire la richesse de nos échanges, nos points de vue seront complémentaires avec chacun un éclairage différent : quel bonheur cette confrontation de nos pensées !

 

Je n'ai fait cette "guerre d'Algérie " que contraint et forcé (Le service militaire était alors dans notre constitution et obligatoire ). J'avais la chance d'être sursitaire (pour raison d'études) donc plus âgé de 3 ans que la plupart des appelés (23 au lieu de 20 ans : 3 ans à cet âge-là peut donner plus de maturité et 3 années où j'avais fait principalement de la philo !) . Alors je suis arrivé en Algérie bien persuadé que l'Algérie ne resterait pas française quoique nous disait l'armée et beaucoup d'hommes politiques à l'époque ! J'avais donc un sentiment de profond respect et de compréhension pour ces combattants même si je n'étais pas toujours d'accord avec leurs méthodes. Mais je hais la guerre à un point que tu ne peux imaginer !!! Donc le mot fellaga, pour moi n'est pas du tout péjoratif : mais d'accord, j’emploierai le mot " moudjahid " : guerrier défendeur de son pays !!! soit ! tu peux constater que je ne mets pas le mot " saint " et en disant cela je pense à Amirouche par exemple (dont le corps a été exposé à Ben S'Rour pour des questions de reconnaissance physique) que je peux admirer en tant que combattant mais qui a su faire martyr bien des moudjahids de sa propre race, ses frères d'armes !!! D'accord , il s'est fait abuser et manipuler, mais ce ne sont pas des méthodes ! je te dis, la guerre pervertit tout !

Et par contre , comme je le raconte dans mon blog, j'ai pu accompagner le sous-lieutenant médecin à la SAS : il était protégé par des harkis. Il en avait choisi un, parmi la dizaine qui étaient à ce poste, pour lui servir d'interprète et il le formait en même temps aux soins d'infirmerie. Celui-là a rendu bien des services à la population de Ben S'Rour, je l'ai vu de mes yeux et veux en témoigner !!

Tu ne me feras pas dire que c'est un traitre. Dans notre compagnie, il y a eu plusieurs algériens que j'ai pu fréquenter et j'aimais discuter avec eux ! Eux aussi se trouvaient dans cette situation bien malgré eux ; pour les comprendre, il aurait fallu mieux connaître ce qu'ils avaient vécus avant. Parmi eux, deux ont rejoint les moudjahids avec leur arme : quel sort les attendait ? il a dû en passer des idées dans leur tête avant de passer à l'action. Donc écrire harki = traitre, ça me griffe, moi aussi ! c'est un raccourci trop grave qui cache une réalité tellement complexe !

Je sais que je suis dur en t'écrivant cela, que je peux heurter tes sentiments d'Algérien de ta génération, mais je m'étais engagé à être sincère. Ce n'est que mon point de vue et ne détiens pas toute la vérité, qu'en partie seulement, comme chacun !! alors je conçois très bien que tu puisses penser différemment. Je n'ai qu'un souhait : que cela n'altère en rien nos sentiments d'amitié réciproque. Et je t'en supplie continue à réagir à mes propos : cela nous oblige à creuser en profondeur !


Et voici la réponse du 4 octobre 2009


… C’était vraiment une histoire très douloureuse comme vous l’avez déjà dit…Vous savez ,Mr A , j’ai entendu et lu beaucoup d’histoires et j’ai assisté à plusieurs conférences et témoignages qui racontent la souffrance des Algériens avant et pendant la guerre … et c’est incroyable …. Je suis convaincu que notre révolution contre l’occupation française était légitime et justifiée ..et son objectif était bien précis : Rendre à l’Algérien son droit de vivre libre dans son pays …. Et en face de cela , l’armée française a mené sa guerre immonde (Je m’excuse du terme) contre les enfants, les femmes et les vieillards avant même qu’elle affronte les " moudjahids " du l’ALN.

Pour les " Harkis " … oui , leur situation était très compliquée… Certains parmi eux ont rendu bien des services à la population ( Ici à Ben s’rour , nous connaissons un harki qui était infirmier et a été gracié ) … Il y en avait d’autres qui n’ont pas contribué à la tragédie et les souffrances des Algériens…Mais, malheureusement, il y avait des harkis qui étaient beaucoup plus royalistes que le roi et ont causé beaucoup de peines à leurs " frères "… On pourra toujours trouver des excuses ou chercher des issus, mais voyons – Mr. A- et cherchons dans toute l’histoire de toutes les nations , est-ce qu’on va trouver une seule justification pour la trahison de la patrie ?

Le colonel Amirouche (Que les miséricordes du dieu soient sur lui):

Pour nous, c’est un symbole de la nation … Un grand chef, il était le commandant d’une région militaire… Vous avez dit que vous le respectez .. C’est de vos bonnes mœurs…Quant à ses méthodes et si je comprends bien, vous voulez parler de sa façon de régler l’ordre dans sa compagnie ! .. Et dans ce sens, on doit se rappeler (et je suis sûr que ce n’est pas du nouveau pour vous) que toute armée dans le monde est bien " fondée " sur l’obéissance totale et " aveugle " et sans cette obéissance ça ne sera plus une armée…

Tous deux, nous haïssons la guerre :

" Je hais la guerre à un point que tu ne peux imaginer " - " La guerre pervertit tout "

Ce sont vos paroles, et je suis absolument d’accord avec vous. Moi, je déteste même le mot " guerre " … Je ne comprends toujours pas pourquoi les être humains s’entre-tuent-ils ?

Bon, voilà je vous propose de mettre fin à cette discussion de la guerre et consacrons notre temps à nos actualités … j’espère que vous serez d’accord là-dessus .
Et avant cela, je vous demande pardon d’avance si je me suis mal exprimé ou si j’ai utilisé de " mauvais " termes pour certains de mes idées.. et là je compte sur votre " savoir-faire " de comprendre positivement ce que je voulais dire … (On revient toujours à la question de maîtrise de la langue
)

Mardi 6 octobre 2009 : ma réponse

 

 

Tout d'abord je te remercie de ta sincérité sur ces réalités cruelles et compliquées; c'est douloureux d'en parler mais cela me paraissait indispensable de se dire le fond de nos pensées sur ces faits qui nous ont fait nous connaître et je pense que nous nous sommes bien compris . Mais c'est comme dans toute amitié, il y a toujours un ou deux points de contradiction qui font que l'on se chamaille et c'est comme cela que l'on se retrouve avec plaisir !!! car il y a tout le reste qui fait le charme " de la rencontre ".

 


L'Attention aux parents                                                          

 

Quand Moussa parle de ses parents 

:

Mon père ,: Né en 1925. Retraité

Ma mère, : Né en 1935.

Ils ont fait leur pèlerinage à la Mecque en 1983. (Le pèlerinage à la Mecque est un devoir religieux)

Donc tout le monde les appelle : " Hadj " et " Hadja ". Il vont bien sauf que " le régime sans sel " les ennuie un peu.

Tous mes frères et sœurs ( nous sommes 9 )sont mariés. Et nous avons une coutume, c’est que le dernier enfant qui se marie doit rester pour vivre avec nos parents dans la grande maison, jusqu’à ce que l’enfant qui le suit se marie à son tour. … En ce qui me concerne : Je me suis marié en 1999 et je ne suis pas " sorti " en 2005 qu’après le mariage de mon frère … Et comme ça nos très chers parents ne se trouveront jamais obligés à vivre seuls.

 

et au courrier il  joignait une photo de lui-même accompagné de ses deux parents.

 

Je réponds à son courrier

 

C'est beaucoup d'honneur que tu nous accordes de nous faire parvenir la photo de tes parents et je ne sais comment t' en remercier. Quand on sait tout le respect que vous accordez à vos parents, dans une tradition qui remonte au début de votre histoire, j'en apprécie d'autant plus le geste et la signification que tu lui en donnes. Vraiment c'est un signe d'amitié qui traverse nos frontières et qui est très fort ! Quand j'ai vu " plein écran " cette photo s'afficher chez nous, dans notre maison, ça m'a fait très chaud au coeur. Et quelle dignité !

 

Je ne parle pas de toi, nous nous connaissons déjà un peu, beaucoup, à petits pas ! ! ! quoique te voir ainsi entre tes deux parents c'est une bien belle image ! Mais aussitôt mon cerveau s'est trouvé envahi de plein de questions.

Ton Papa, quelle noblesse se dégage de toute sa personne ! Transmet lui nos félicitations et tout notre respect ! Ta maman est de mon âge, ton papa a 10 ans de plus que moi, il avait donc 33 ans quand j'étais à Ben S'Rour ! ! ! oh là là ! ! ! Que de questions dans ma tête ! Où était-il alors ? Quel métier faisait-il ? Avait-il des responsabilités à Ben S' Rour ? A-t-il eu des contacts avec les Français ? En a-t-il souffert ? Physiquement, moralement : en temps de guerre, tout est possible et souvent le pire ! ! ! Moussa, dis- moi tout ! Enfin tu feras au mieux ! Peut-être toi-même apprendras des choses ! Mais quel bel homme à 84 ans.

  


l'Algérienne Ta Maman, en la voyant, c'est toute l'Algérie que j'ai entrevue. Nous avons à St Philbert en plein centre bourg une très belle (sur le plan artistique) statue en bronze de 5 mètres de haut (c'est t'en dire l'importance !) et dans cette statue il y a la représentation de l'Algérie par une femme dont j'ai toujours admiré le visage.
Et bien en voyant le visage de ta maman c'est tout de suite cette photo qui m'est apparue. Je te joins la photo.







 

http://ecobois.free.fr/lamoriciere/3.php 

Une autre fois Moussa m’écrit

vais
vous raconter deux choses :
a. Pendant la guerre, ma famille habitait à Bordj de l’Agha et non pas à Ben s’rour et nous ne sommes changés v3. Mes parents : Je préfère parler d’eux plus tard, car je veux vous dire tous les détails…mais pour l’instant je ers Ben s’rour qu’en 1975 …. Mais ,pour moi, ma première enfance était à Ben s’rour.
b. Mes parents gardent beaucoup de souvenirs : Certains sont " bons " mais malheureusement beaucoup ne le sont pas ... Le meilleur souvenir que ma mère ne cesse de raconter remonte vers l’été de l’an 1959. Elle était enceinte (mon frère K.) , bien épuisée et tout le monde avait peur. Une nuit, Elle a été piquée par un scorpion Et il y avait eu l’état de couvre-feu. Elle avait passé plus de 2 heures " entre vive et morte " avec les remèdes traditionnels . A l’aube, mon père a pris le grand risque de l’emmener à la S.A.S …. Et là-bas c’était le miracle ! .. Les militaires les ont bien accueillis … En urgence, elle avait eu plusieurs injections et elle a été sauvée. Quant à mon père, aucun interrogatoire !!! Personne ne lui disait un mot ! … Ces militaires ont sauvé la vie de ma mère et ont permis à mon père de continuer à vivre !!! … Et bien sûr, il m’ont permis d’exister plus tard. …. De nos jours, maman se rappelle en permanence de cette histoire et dit : " La vraie médecine est partie avec la France ! ".


 

  Le Cahier                                                                                           

 

 


Pendant les 3 mois où je fis l’école à Ben S’rour, il m’est arrivé de prendre quelques notes ; ce cahier je l’ai retrouvé et j’en ai fait part à Moussa :


Pour les deux pages de votre ancien cahier de notes … C’est un trésor que vous m’avez envoyé ! Merci infiniment … …mais en voyant s’afficher ces deux très belles pages sur mon écran … C’est la grande surprise …Je n’ai pas pu rester assis … Je me suis mis debout …stupéfait … J’ai demandé à mon épouse, de laisser tomber tout et de venir vite … Nous avons longuement observé les deux images : C’était un cahier ordinaire d’écolier avec la marge rouge à gauche... … J’ai lu tout : tous les mots, toutes les phrases … et j’ai rapidement découvert encore une fois que vous aviez beaucoup d’affections et d’amour dans votre cœur pour ces enfants : Pour cela vos observations et appréciations étaient sincères ainsi que vos descriptions…Et je dois vous présenter mes profonds respects de tout ce que vous avez fait en faveur de ma ville où vous avez vécu un certains temps.

Vos remarques sur chaque enfant m’ont étonné par leur précision et leurs petits détails ( intelligent , moqueur, vive , de famille plus évoluée ....etc) et puis elles ne m’ont pas choqué ni de trop ni de peu … pour la simple raison : c’est que j’avais d’avance une vue bien détaillée de la vie quotidienne de la population de Ben s’rour à l’époque–comme toutes les régions algériennes- … Je savais que la pauvreté, la faim, la peur, l’injustice, les maladies et l'analphabétisme régnaient longtemps en Algérie pendant la période coloniale … Et ceci est une autre preuve que les autorités françaises n’ont jamais été dans leur rôle positif en Algérie …(Veuillez excuser ma franchise !… Je suppose que vous êtes démocrate et vous acceptez l’opinion opposée !) … C’était vraiment une histoire très douloureuse comme vous l’avez déjà dit…

 

Et maintenant, voyons de près ce que vous avez griffonné

 

1. X….: Actuellement, il est directeur d’un collège… mais avant , il était un professeur de maths très calé … Et nous avions la chance- mon épouse et moi- d’être parmi ses élèves … Et ces dernières années j’ai instruit deux de ses enfants … vous voyez !!.

2. Y…: Actuellement , il vit avec sa famille à Bou saada ... Il est taxieur de grandes lignes : Bou saada – Alger.

3. Z… : Il vit à Ben s’rour. Il est entrepreneur de bâtiment, et il va bien dans son boulot.

4. N…: Il est à Ben s’rour. Il travaille avec ses enfants dans un atelier " multitâches " : plomberie – électricité - hydraulique …. C’est la référence dans son domaine.

5 .M…: Je ne le connais pas et j’ai su qu’il vit à Alger mais je n’ai pas pu avoir d’autres informations.

 

6. B…B…L… : Les trois vivent à Ben s’rour. Elles se sont mariées et ont des enfants. Elles vont bien dans leurs vies avec leurs maris.

7.N…: Je n’ai pas pu savoir qui c’est !.. et je continuerai à chercher.

 

:(j’avais noté le nom de plusieurs élèves et mis une appréciation en face)



Le 28 octobre, je revenais sur la photo du blog où l’on voit l’instituteur avec les enfants, il tient à son cou le plus jeune :

Je retiens en tout cas la réaction de Mr S. et je te redis, ce qui a bien fait rire ton épouse, il était le "Chou-Chou" de l'école tellement sa petite bouille toute rondelette était à croquer, ses yeux très vifs et sa facilité en face de la vie. Et la photo en est une très éloquente démonstration. Je me souviens qu'un jour un militaire gradé était venu dans la classe voir ce que j'y faisais, j 'avais écrit une liste de 5 mots au tableau puis j' envoie S. sur l'estrade au pied du grand tableau noir. Dans l'ordre puis le désordre, je montre avec ma règle chaque mot. S. regarde le tableau puis me regarde et répond sans hésiter. Tu t'imagines la scène, ce petit bonhomme de 4 ans devant ce grand tableau. En tout cas la démonstration avait été concluante ! tu vois à 4 ans on peut déjà détecter l' avenir d' un enfant .... Je suis heureux de voir qu' il ait réussi et à devenir ce qu' il est aujourd' hui.

Le 1er novembre il répond :


Vous m’avez raconté une petite scène de classe avec Mr. S. qui a fait une démonstration réussie en présence d’une autre personne … Quelle joie pour l’enseignant!... Je connais très bien ce sentiment de satisfaction chez l’enseignant en ce moment … Vous dîtes que cette scène vous a montré ce que pourrait devenir un de vos élèves.. mais elle témoigne aussi et d’une façon explicite de l’effort fourni par l’enseignant pour amener un petit élève de 4 ans à lire couramment des mots dans une langue totalement étrangère.

… Donc je vous félicite, votre travail était bien bénéfique pour ces enfants qui sont devenus matures aujourd’hui et vont bien dans leur vie …

… Quant aux fillettes -qui sont des dames aujourd’hui- j’ai contacté quelques uns de leurs enfants et je leur ai passé la photo de classe en attendant qu’elles s’y reconnaissent

Pour les impressions de vos élèves : J’avais l’idée de les réunir tous dans leur ancienne salle classe pour faire des photos collectives et collecter leurs impressions et leurs souvenirs … Mais j’ai découvert que ce n’est pas facile du tout : Leurs quotidiens sont assez différents … Et donc , je suis en train d’inviter séparément -à chaque occasion- l’un ou l’autre .. mais ça avance lentement .


    
      

 

année 2011                                                                                                  

 

A tous nos lecteurs :

 

... Pas de nouvelles depuis 2010. Vous pensez peut-être que notre courrier s'est arrêté ! 

Surprise, il continue, seulement il a changé ! Nos épouses ont sympathisé, elles ont échangé des mails, le journal a donc pris une nouvelle tournure : beaucoup plus familiale .

Je vais tenter cependant de résumer l'année 2011 très riche en événements et en émotions .

 

 

 

- Pour mon ami et sa famille, l'année 2011 fut marquée par divers ennuis de santé. Monsieur, Madame et un des enfants ... mais finalement tout semble s'être arrangé. Et tout ceci fut compensé par de belles réussites aussi bien professionnelles que familiale : la naissance d'un garçon. Dans ce blog il est aussi important de signaler : la plus belle note du collège en français ( oui, oui vous avez bien lu : en Français) revient à la fille ainée de la famille !

 

 

 

L'année 2011, dans le monde arabe, fut particulièrement agitée. Cela ne pouvait nous laisser indifférents, nous nous sommes mutuellement interrogés sur cette question. Sans prétendre faire le tour de l'affaire ( qui peut encore se prononcer ? ) nous nous sommes transmis nos questions .

 

Pour ce qui est des derniers évènements dans le monde arabe,

 

il réagit : " Je vais vous transmettre mon avis en bref et j’aimerai entendre le votre : Vous en avez un certainement .. et il m’intéresse.

Je vois que le régime de Kadhafi était très loin d’être démocrate mais ... le peuple libyen vivait en aisance économique et le pays était fortement sécurisé ... et nous les Algériens nous connaissons ça très bien... on est très proches de nos frères libyens ... Aujourd’hui : l’OTAN est là ... donc le mal et l’avidité sont déjà arrivés ... et je vois que l’avenir sera obscure en Lybie ... et la guerre civile qui a été déclenché en Lybie par le gouvernement français (et non pas le peuple français) et ses alliés ne s’arrêtera pas bientôt ... car tout simplement l’OTAN a fait de la Lybie un réservoir inépuisable d’armes qui menace toute la région et non seulement la Lybie .

 

Et puis, Gaza n’est pas trop loin ... et le bombardement aux bombes au phosphore ne s’est presque cessé ... par les extrémistes sionistes .... Où est l’OTAN de tout cela ? "

 

Ce à quoi je lui répondais : " En regardant sur la carte, je ne m'imaginais pas que la Lybie et l'Algérie avaient une frontière commune aussi longue ! Et à ma connaissance je n'ai jamais vu de guerre régler un problème en profondeur ! A quoi donc servent les Ambassades et les Ambassadeurs ! ! ! "

année 2012                                                                                                          

Voici un petit résumé de nos échanges au cours de l'année 2012.

En Janvier 2012, dans un accident de la vie privée, j'ai perdu un beau-frère et j'en ai fait part à Moussa. Et voici son courrier du 1er février:

 

Bonjour,

Heureux de vous revoir.

Premièrement. Je dois présenter mes sincères condoléances à la famille du défunt : votre beau-frère ...
C'est vraiment un accident tragique qui a frappé la famille ... Et j'espère que l’ensemble de la famille trouvera le courage et la patience pour surmonter ce temps difficile ...
Dans des circonstances pareils , nous disons « On est tous pour Dieu et c’est à Lui que nous retournerons
Que Dieu bénisse
votre beau-frère et qu'il repose en paix.
Eh oui ! les accidents sont toujours stupides… chez nous, et surtout les accidents routiers, sont l’origine de tous les drames…

 

Pour « la mère Algériennes », je ne l’ai pas reçu malheureusement : la pièce jointe « refuse de s’ouvrir !! »
et donc merci de me renvoyer cet article car je suis impatient de le lire.
Et pour Christian Delorme : Je viens de savoir –par internet- qu’il est intéressé par le dialogue interreligieux … surtout avec les musulmans …

Le mois de janvier, chez nous, est passé aussi « doucement » … tous va bien : santé, travail, scolarité des enfants… c’est que .. à l’école , le travail est assez chargé ces derniers jours … j’ai trois collègues enseignants qui s’apprêtent à passer leur examen de titularisation ce mois de février … et donc toute l’école s’est transformée en une ruche d’abeilles …

L’hiver de cette année est venu glacial et sec … mes parents souffrent un peu de ce froid mais ils vont bien eux aussi…. Et en ce moment je me rappelle de ma comptine préférée d’enfance :
- J’aime moins l’hiver ..
- Qui a pris le vert …
- et notre ciel clair…


 Voici le texte de Christian Delorme ( voir google ) qui m'avais ému et que je lui avais transmis :n 

 

 

" il y a quelques jours,« Mâ » est décédée. Elle qui paraissait un roc indestructible, a été vaincue en moins de deux mois par un cancer du pancréas. « Mâ » avait quatre-vingt quatre ans. Elle avait à peu près l’âge de ma propre mère, et je l’aimais comme « une mère supplémentaire », ma « mère algérienne et musulmane ».

Il y a trente trois ans, alors que j’étais encore séminariste, parce que je m’étais intéressé aux difficultés qu’elle rencontrait avec quelques uns de ses garçons, cette veuve, mère de onze enfants, m’avait déclaré: « Tu es pour moi comme un fils ».

Depuis plus de trois décennies, je participe totalement à tous les évènements heureux et malheureux. Cette famille est complètement ma famille. Une famille d’adoption. Une famille par alliance."

Le 4 mars suivait ce courrier :

Notre petit dernier : un premier pas, une première dent

Hier,notre petit dernier a fait ses premiers pas tout seul ... Oui, il commence à marcher ... mon petit.
Tous ses frères ont fêté cet évènement “historique”.
Aussi, il a fait apparaitre sa première dent !!!! il y a quelques jours!
De la neige à Ben s’rour
Depuis plus d’une semaine, il neigeait chez nous. La neige n’est pas pas assez intense comme dans les régions de nord,
mais c’est une chose qu’on ne la rencontre pas toujours ...
Les enfants sont extrêmement heureux de pouvoir jouer sur sur ce tapis blanc.
Il fait très froid chez nous, et je me demande comment fait-il chez vous ? ... Surement, il est tôt de revoir les premières hirondelles du printemps !
D’après la télévision, c’est un hiver exceptionnel en Europe cette année.
C’est juste pour vous dire de nos nouvelles ...
Le mercredi dernier, mon beau-père  est allé à la Mecque. C’est le voyage de la “Omra” ...
Il restera la-bas 17 jours où il pourra découvrir les lieux saints de la Mecque et la Médine ...
Tous les proches étaient présents à 2 heures du matin pour assister ce grand évènement... Pour lui, c’est sa première fois qu’il parte à l’étranger.
Ces filles et fils ont “versé” les larmes ... nous avons tous prié qu’il revienne saint et sauf. ( sur les deux photos, lui, c’est l’homme en blanc )
La “Omra” est un voyage facultatif à la Mecque que l’on peut faire à tout moment de l’année contrairement au “Pèlerinage=Elhadj” qui est un devoir religieux
qui doit se faire exactement après 70 jours de la fin de Ramadhan.
Au mois de Novembre j'ai du faire une demande bien particulière à Moussa :En 1958, Au Borg de l'Agah , un ancien infirmier du 584 B.T, en l'absence du médecin de la SAS de Borg de l'Agah a du réaliser un accouchement difficile une nuit à Oued Chaïr . Il aimerait aujourd'hui avoir des nouvelles de cet homme de 54 ans maintenant. Vu les circonstances ( nous sommes en 1958 !) , l'enquête est bien délicate. Moussa et sa femme ont interrogés leurs familles et leurs connaissances mais sans résultat jusqu'ici !Voici son dernier courrier :

"pour l'histoire de l'ancien du 584 BT, c'était vraiment une histoire extraordinaire ! Et cela prouve que tout est "relatif" et il n'existe pas de vérité absolue : On est tous pareils et on est des humains.

Bien sûr j'ai commencé à voir si je trouve quelques informations ou indices... j'ai commencé par-ci par-là ...dans la grande famille à Oued chair...puis j'en ai parlé à quelques personnes...mais je crois que c'est difficile aux gens d'aborder de tels sujets...Ma femme aussi a mené sa propre requête chez les femmes mais rien de remarquable jusqu'à maintenant.

L'histoire est très intéressante et elle a un reste à faire certainement."

à suivre ....en attendant 2013 !