C - Les Au revoir ! et Destination Inconnue

Ci-dessous une vidéo des départs

Marseille

 Nous descendons à la gare St Charles, des camions nous emmènent à la caserne où nous passons la nuit en attendant l'embarquement.
 

Le lendemain, nous sommes au port où nous attend " Le VILLE D'ALGER  "

 

Le 22 septembre, de bonne heure.

Nous embarquons donc sur le " Ville d'Alger ". C'est mon premier voyage en bateau. La traversée durera deux jours, j'ai tout loisir de voir si j'ai le pied marin. Comme la mer est d'huile, aucun Problème ! Au matin du 24, nous voyons la côte africaine s'approcher
" Alger la Blanche " vue du bateau nous impressionne ! 
Avec une Certaine appréhension, nous entrons dans le Port c'est notre premier pas sur la terre d'Algérie et ce sera pour un séjour.... de 24 mois !
 
  Le Port d'Alger
 

Sa Cathédrale : Notre-Dame d'Afrique

Nous Sommes débarqués Aussitôt, emmenés dans une caserne : visite médicale, piqûre (vaccin du typhus). Nous y passons une nuit et y apprenons que nous sommes affectés au "584 ème bataillon du train" dont la base se situe au " Bordj de l'Agah " ! Quant à savoir où c'est, personne n'en sait rien.

 Heureusement J'aurai l'occasion de revenir à Alger pour mieux découvrir cette ville. On nous attribue deux fusils ( pour réapprovisionner l'armurerie du régiment où nous sommes affectés) nous voilà bien embarrassés avec en plus les cartouchières et notre grand sac de marin. 

Nous prenons le train direction Bouira ( 98 km d'Alger ) dans de vieux wagons en bois.  En passant les Gorges de Palestro, une draisine armée d'un canon et de mitrailleuses nous précède et nous traversons des ponts à 5 kilomètres à l'heure, vue leur état ! Nous voyons bien qu'ils sont plastiqués régulièrement ! Je pense alors à mon frère qui deux ans, plus tôt, rappelé, avait  connu une embuscade dans ce secteur. Ils avaient relevé plusieurs morts et blessés dans leur section ! ! Ça ne présage rien de bon et soudain le moral en prend un coup. Nous Sommes une Vingtaine de bleus affublés de notre casque, de nos deux fusils, de notre sac marin, bien empêtrés avec tout cela. De plus nous avons un malade qui réagit fort mal au vaccin typhus, il restera hospitalisé huit jours à Bouira, puis il nous rejoindra quelques jours plus tard. Nous descendons du train pour prendre un convoi de camions. Nous  embarquons  dans les GMC  direction plein sud, via Aumale.

 

   

Bientôt un nouveau paysage se présente à nos yeux. Nous apprendrons plus tard que c'est celui des  Hauts Plateaux.

 

Un Autre monde s'offre à nous. Nous verrons vite que c'est le domaine des nomades, des moutons, des chèvres, des ânes et des dromadaires.
Et soudain apparaît  au sommet d'une colline un dromadaire !
Là le dépaysement est complet 

  Et voici Notre première oasis :
           BOU SAADA    " Cité du Bonheur " 
     

Nous sommes à 250 km. d'Alger. Nous quittons la route et prenons les piste   Nous approchons,  quoiqu'il nous reste encore plus de 3 h. de piste.                                               Dans les GMC quel confort !

Le Poste de BEN S'ROUR Dominé par le massif du Messaad  et au fond le fameux

                                                        "Col des Voleurs" 

Quelques kilomètres avant Bens'Rour le   convoi s'arrête et la section qui nous accompagne prend position  au col des voleurs,   afin de nous permettre de passer sous leur protection. A Ben S'Rour, nous sommes fêtés par les anciens, nous sommes la relève attendue par les quillards. Dans 2  jours nous y reviendrons pour y passer deux ans. Mais pour ce jour, nous reprenons les camions, la piste continue vers le Bordj.
 

                                               
Le Lendemain, nous recevons notre équipement et plus

spécialement le béret

avec  l'insigne du 584 B.T : la gerboise et la roue.

 Nous sommes affectés une dizaine à la 1 ère Compagnie à BEN S'ROUR. Nous sommes heureux de nous retrouver une dizaine de copains qui avons fait nos classes ensemble, nous nous connaissons bien depuis déjà 4 mois.

 

Rédigé par aecobois

Publié dans #Destination Inconnue